+50942978675

contactplimay@gmail.com

Trois poèmes de Ricardo Auguste


J’aime regarder
par la fenêtre
les ombres
en papier mâché
des passants
et les perspectives
du paysage
autour d’un soir d’été.

Le vent marche comme
un enfant
et les fleurs réclament
la tendresse de nos mains innocentes.

La vie est si belle
je me noie
en ivresse
dans une charnalité
toute neuve
confectionnée à la main
ce soir mes veines
resteront ouvertes à
perpétuité.


Il y a un grand bateau rouge
dans mes larmes isolées
flottant quand mes yeux
se ferment sur l’amour.

Mes cils peuvent- être
des voiles
et des phares en même temps.

Je porte en moi la nudité
de l’heure
et l’incertitude de la navigation.

Que faire pour refermer la serrure
de l’infini
et ne plus vivre
la fragilité de l’aube?

Mon cœur a tant de naufrages
Je pleure le bleu
de la mer
Je suis une vague
déchirée par le temps.


Chevilles livrées au vent
nos pas portent
les stigmates de tous
les siècles.


À propos de l’auteur :

Journaliste de profession, communicateur social, acteur de théâtre, diseur, parolier, écrivain, poète d’expression française, créole et espagnole, Ricardo Auguste – résidant au Chili -, est né à Port-au-Prince (Haïti), le 7 juin 1985. Il est l’auteur de trois (3) recueils de poèmes dont : Songes infectés (2013), Plen pip (2014), Kout zegwi (2015) et de deux albums de poésie sur CD.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post