+50942978675

contactplimay@gmail.com

Trois poèmes de Johanne Augustin


Je pars du silence à l’éclatement des mots. Des bévues,

Des orgies, 

Des magies  

Jusqu’au temple du temps. 

Les morts ont raison et les vivants aussi. 

La vie n’est rien sans la vie

Autant que les paroles ne valent rien sans les regards . 

Du sacrificiel à l’ordinaire

Chaque instant doit être vécu.

Ce rire t’a blessé la gorge

Un humour qui débranche les tripes

Quel sadisme ! 

L’amour est dangereux quand on le joue à trois

Si parler devient punir

Mieux vaut parler jusqu’à la ruine

La vengeance est un art ! 

Johanne Augustin ( Nonjhae)

***

Le bruit des mots brûle ma solitude….

Mon pays est lapidé. 

Pas d’accent sur les *i* et pas de barre sur les *t* . Les morts font vente aux enchères et emmènent les vivants au cimetière. 

Vie à l’envers.

Johanne Augustin ( Nonjhae) 

***

Hypnose!

Dans l’embrasure du vide

Au tréfonds de mon moi

Ce charme vagabonde.

     Corps symptôme,

      Corps espace,

       Corps temps.

Les rues du corps se taisent 

Avec des murmures en spectateurs.

   Sensualité indescriptible

   D’un soir sans cassure 

Je mange de la poésie qui se fait chair.

Johanne Augustin ( Nonjhae)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post