+50942978675

contactplimay@gmail.com

Mon auteur.e | Jean Guilbert Belus : « Je lis pour résister à la barbarie du monde. »


Ce mois-ci, « Mon auteur.e » est allé à la rencontre de Jean Guilbert Belus, pour vous faire découvrir son auteur et vous invite, en ce temps de confinement, à lire car la lecture permet de briser le cycle de l’absurde pour refaire le chemin de la vie en sens inverse.

Jean Guilbert Belus a fait des études en linguistique théorique et descriptive à la Faculté de Linguistique Appliquée. Par son amour pour les Belles Lettres et les livres, il travaille à titre de professeur de français et de littérature et est co-responsable de la bibliothèque de la Faculté de Linguistique Appliquée. Grand passionné de l’art dans son expression totale, il y puise son seul et vrai engagement pour lutter contre la pesanteur de l’existence.

Si pour certains.es, la lecture a été une expérience dès l’enfance, Jean Guilbert Belus, lui, n’a pas eu cette chance. Il a découvert le plaisir de la lecture à un âge où il avait déjà laissé le stade de l’enfance. Il n’a pas grandi avec les livres. Voilà pourquoi sa rencontre avec ce petit être de langage qu’est le livre a été un choc. Et depuis, il n’a pas arrêté de lire. La lecture a changé, ou mieux, façonné son monde, élargi son horizon et lui a permis de réaliser une « montée en humanité ». Il lit pour résister. Résister à la barbarie du monde.

Par cet acte de résistance, Jean Guilbert Belus lit à tout moment et n’importe quel auteur qui se présente à ses yeux, suscitant sa curiosité, qu’il soit romancier, poète ou philosophe. Il n’a pas d’auteurs préférés ni un programme de lecture. Ce qu’il cherche en particulier chez un auteur c’est sa vision du monde, sa manière de dire le monde. Pour ce mois, il s’invite chez Lyonel Trouillot, auteur d’une oeuvre magistrale avec laquelle il cherche de plus profondes accointances. L’ouverture vers l’autre, c’est ce qui l’intéresse en effet le plus chez Trouillot. « Parabole du failli », est ce roman que Jean Guilbert Belus est en train de redécouvrir. À travers ce livre, le sens de l’altérité se révèle dans cette question qui sous-tend toute la trame du roman : « Qu’avons-nous raté de l’autre ? » Un excellent roman qui rend hommage au célèbre comédien haïtien Lobo, mort tragiquement dans les conditions d’un suicide historique.

« Parabole du failli » est un roman à lire et à relire, Jean Guilbert Belus le recommande vivement. Ce roman qui nous dépossède de nous-mêmes, de notre égo surdimensionné, pour nous investir d’une responsabilité envers l’autre, encore plus de son vivant. Belus nous recommande également la lecture de cet autre roman de Trouillot : « La belle amour humaine ». Lequel roman s’inscrivant dans la même démarche philosophique de l’altérité, c’est-à-dire de notre rapport à l’autre qui doit demeurer ouvert ainsi qu’une main tendue.

Par sa forte passion pour la lecture, Jean Guilbert Belus conseille aux jeunes de faire du livre un ami intemporel. Car lire est le seul acte de résistance qui vaille en tout temps.

Cherlie Rivage

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post