+50942978675

contactplimay@gmail.com

L’étincelle du vertige

Muradieu Joseph

C’est encore le frisson sur ta peau
L’ourlet de tes dentelles voluptueuses
L’écho de ta voix discordante
Dans nos balbutiements infinis

Ce sont tes seins debout
Qui attendent d’être baisés
Un flocon de rêves mêlés
À tes effluves

Ce sont tes lèvres incandescentes
Sur mon cou
C’est la chambre d’à côté
Où abritent les témoins de nos vagissements

C’est le trou de la serrure qui tente le voyeur
C’est être fou de toi sans être fou sans toi
C’est d’avoir mal de toi pour briser le silence

C’est la brise qui soulève le pan de nos ébats
L’arc-en-ciel camaïeux cristal
Qui peint le firmament de mille et une couleurs

C’est le sourire espiègle d’une demie lune en fleur
Ton sourire biffant ma peine au quotidien

C’est l’élixir qui s’ajoute à mon ivresse
Quand s’allume en moi l’étincelle du vertige

Ô c’est aimer lorsque mon verre est rempli de ton âme
Et que je nage parmi les souvenirs

Muradieu Joseph

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post

Les motsLes mots

Le rapport que j’entretiens avec les mots, est davantage spirituel que matériel. Et si, dans cet ordre d’idée, on devait se référer au concept de matérialité, il s’agirait à coup