Genre,Poésie Larmes de poussière

Larmes de poussière


Un soleil languissant s’éteint dans mon esprit
Je m’égare dans les dédales du temps
Ecoutant les complaintes sibyllines de la nuit
Alors j’attends la marée haute
Pour trouver mon chemin
Au milieu des vagues éperdues
Mes pensées prennent le large
Ma voix se noie dans le silence
Mes yeux en décadence
Ne convoitent plus l’avenir
Je verse des larmes de poussière
Mes roses se fanent faute de printemps
Trop de blessure à guérir
Aucun dieu à implorer
Aucun néant à combler
Il est rempli d’ombres
Je vis dans une ville de veuves
Et d’orphelins
De logis sans fenêtres
De catastrophes en cascade
Une ville à faire pitié
Où la mort arrive au quotidien
Où la nature et les hommes
Se liguent contre toi
Contre moi
Contre nous

©️ Muradieu Joseph
Boston, le 18 août 2021
Tous droits réservés

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post