+50942978675

contactplimay@gmail.com

« La marche des ombres » de Muradieu Joseph


Les ombres marchent à rebours
Dans l’espace dépeuplé
Où gisent les morts-vivants.
Dans le firmament résonne le cor de la fin.
Ici on nous invite à boire la potion du silence,
Une mixture d’inquiétude et de peur.
Nos cauchemars et nos rêves surgissent dans la nuit
Pour mettre en déroute tous les dieux de la terre.
Silence !
Ici l’on meurt dans la solitude.
L’homme est cette espèce lugubre
Qui déambule dans son infini douloureux.
L’univers trépasse sous ses yeux
Et son cœur est de glace.
Il fait froid à congeler l’enfer
L’éternité est ensevelie dans le linceul de l’attente
Il pleut aux quatre coins de la misère,
Haut lieu où l’on invente son dieu.
Sur les songes de la nuit s’étalent les inquiétudes.
La lune est une méduse aux yeux d’argent
Et le soleil brûle les mots.
On entasse ses rêves dans le purgatoire de l’incertitude
Comme on entasse les fantômes ligotés
Dans le décor du verbe en rut…
Moi, je suis comme une montagne en mal d’enfant,
Mes pas ont marché sur les sentiers de mon ombre flétrie.
Ma nuit boîte à force de se cogner les pieds
Contre l’infini du temps qui passe.
Les éclats météorites font disperser
Les ténèbres de mon inconscience.
Ce soir, je viens jeter un regard équestre sur la ville endormie…
Sur ma ville où battent des cœurs d’airain.
Silence !
Voici venir des âmes tristounettes
Tissées de craintes du lendemain.
Sera-t-il jour quand l’aube aura traversé les nuages ?
Au plus pur de moi-même mon feu se désespère
Et cette étoile là-haut, est-elle moi
Ou, est-ce moi l’étoile jadis éclatant de lumière ?
Car je vois dans ses rayons bariolés ma vie qui se dessine
Elle est comme le bout du néant qui m’entrave et qui m’obsède.
Demain mon verbe fera l’écho de toutes les voix perdues.
On écoutera, alors, dans le profond silence,
Les pas drus et rassurants des ombres.

Muradieu Joseph
Boston, le 26 mai 2020.

1 commentaire pour “« La marche des ombres » de Muradieu Joseph”

  1. Avatar Lunise Jules dit :

    Au plus pur de moi-meme mon feu se desespere…
    Merci Muradieu.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post

Mon drapeauMon drapeau

Mon drapeau est une flamme rieuseDont je garde encore l’étincelleÀ l’heure où brûlentLes maux les joursDans la paresse qui confineet ment Une lueur de cendreQu’il me restera dans ton regard