+50942978675

contactplimay@gmail.com

Jour 6 : « Poupée rebelle » et autres poèmes de Niloufar Sadighi


La Quinzaine de la Poésie Féminine est une série d’activités virtuelles visant à valoriser la création littéraire des femmes, notamment la poésie à travers le monde. Pour ce sixième jour de ce grand festival, nous avons le plaisir de vous présenter la poétesse iranienne Niloufar Sadighi.

Poupée rebelle

ta beauté est résistance

poupée aux lèvres pulpeuses

au nez mutin artificiel

ton maquillage criard

est un étendard 

une bannière de liberté

ton foulard écarlate

la beauté qui te fut donnée

une arme de combat

la soie de ta peau 

tes poignets si fins

défient les chaînes du tyran

tu n’es pas une poupée de cire

sagement rangée dans sa boîte

tapissée de satin

tu es une poupée vivante

au corps tendu

armée pour le combat

et tu penses aux moyens de ta lutte

tes lèvres rouges

tes ongles rutilants

tes yeux noircis de khôl

ton visage peint

des couleurs de la guerre 

***

persan

sans père désormais 

quelle langue parlerai-je ?

j’ignorais que ma langue était 

ma terre ma patrie

ce qui me restait 

du Khorâssân

apatride de langue 

orpheline de père 

la mort doit-elle aussi 

effacer 

le pays de mes pères ?

toi père et mère

mon père 

riche de ton passé 

de ta lignée d’hommes sages

fécond 

comme le ventre des femmes 

mon père-patrie

mon père parti 

que me reste-t-il de toi persan 

désormais que je suis sans père ?

c’est l’épopée de notre langue 

que tu me contais 

enfant 

quand tu peuplais le vide 

des chambres d’hôtel mornes 

de héros merveilleux 

alors surgissaient 

Rostam et Rakhsh 

Zâl et Sohrâb 

les exploits des géants et des 

pahlavân

dans la solitude de l’exil

nous nous tenions chaud 

à la lumière de la langue

dans la solitude grise et froide 

de la ville étrangère

tu faisais résonner 

les sabots des chevaux

les cris des archers

l’écho des montagnes 

et les battements 

d’aile 

du Simôrgh

en persan

langue paternelle

***   

À Sohrâb Sepehri

Sohrâb messager 

de l’eau 

du vent 

de l’aube

Sohrâb prophète 

en ton désert

parmi ton peuple 

d’insectes

Sohrâb peintre 

des nuances nocturnes 

et des éclats 

de ciel

Sohrâb messager 

de Dieu 

et du seul dieu 

qui nous parle

par la voix des bêtes 

et des fleurs 

de montagne

heureux Sohrâb

toi qui as entendu 

le message de l’amour 

et peint 

le visage de Dieu 

de ta plume bleue

À PROPOS DE L’AUTEURE :

Née en Iran, Niloufar Sadighi a adopté la France et sa culture comme elle a été adoptée par elle. De cette langue française devenue pour elle une seconde patrie, elle a fait sa passion et son métier.

Elle a consacré plusieurs années à la recherche sur la littérature de la Renaissance avant d’enseigner, en France et en Europe. C’est avec bonheur qu’elle renoue depuis plusieurs années avec la langue et la culture persanes, en traduisant en collaboration avec Franck Merger, la poésie de Abbas Kiarostami pour la collection Po&psy chez l’éditeur Erès.

Elle prépare actuellement un essai sur Abbas Kiarostami, cinéaste et poète, à paraître aux Éditions Jean-Michel Place et elle apporte sa collaboration à Franck Merger pour son anthologie de la poésie féminine persanophone. 

Étiquettes :

1 commentaire pour “Jour 6 : « Poupée rebelle » et autres poèmes de Niloufar Sadighi”

  1. Avatar Yves-Mary Fontin dit :

    En lisant “Poupée Rebellle”
    je pense à quelques Nègès Kreyòl de mon pays
    Haiti cherie….
    Et toutes les autres poupées rebelles du monde.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post