+50942978675

contactplimay@gmail.com

Jour 14 : deux (2) poèmes de Pascale Barraud


La Quinzaine de la Poésie Féminine est une série d’activités virtuelles visant à valoriser la création littéraire des femmes, notamment la poésie à travers le monde. Pour ce quatorzième jour de ce grand festival, nous vous invitons à découvrir Pascale Barraud, à travers ses deux poèmes : « Sidération » et « Sillon ».

Sidération

Au plus grand froid de ma vie

Mes chairs se congelèrent

Plus rien, ni sucs ni pensées 

N’y pouvaient circuler

Je vivais à l’ère glacière 

Et mes yeux étaient banquise

Les oripeaux du malheur

Cadençaient la tempête

En battant sans fin

Les jours asphyxiés

Saturés d’épouvante

Qu’il est long

Le temps de l’effroi

Qu’il est solitaire

Le déchirement

Comme elle enferme

La pensée impensable

Menottes au cœur

Je traversais les saisons

Sans n’en rien savoir

Que l’empêchement 

De les connaître

Qu’un rai de printemps

Transperce pareilles congères

N’était pas envisageable

Vous me l’auriez dit

Je vous aurais ri au nez

Pourtant – 

Oh sans forfanterie

Sans certitude  

Sans flonflon

Sans oriflamme

– C’est arrivé

Et c’est Sidération

Sillon

Je sais le sillon

Du silence

Qui creuse

Jusqu’aux ossements

De la terre-chair

Qui débite l’espoir

En fines lamelles

Fines fines 

Si fines

Qu’elles ne résistent pas

Aux souffles contraires

Qui tourbillonnent

En nous

Hors nous

Qui rendent fou

Qui rendent fou

De cette folie commune aux hommes

Que chacun tait

Au fond de soi

En silence au fond de soi

Étouffée en papier de soie

Si beau

Si lisse

Si clinquant

Je sais comment bien cacher

Sa misère

Chacun au fond de soi

En atours de soie

Je sais le rire mauvais

Du silence

Le rire mauvais

Qui rend sourd

Sourd et aveugle

Au mystère d’être

Sourd aveugle

Et muet

Au mystère d’être

Sourd

Aveugle et muet

Et muet de pensée

Je sais l’anéantissement

Du silence

Qui nous enlève du monde

À PROPOS DE L’AUTEURE :

Pascale Barraud est née dans un petit village paysan en bourgogne du sud. Profondément enracinée dans sa terre natale, elle en explore toute la mémoire à travers l’écriture mais aussi le théâtre qu’elle a expérimenté en tant que comédienne, formatrice et metteur en scène.

Le théâtre et l’écriture sont intimement liés chez elle. Deux façons de s’exprimer par les mots en tentant de leur redonner leur juste sens s’il en est.

Si la poésie est le mode d’expression nécessaire à son souffle, elle écrit également des nouvelles, pièces de théâtre et romans. Couronnés par plusieurs prix, ses écrits sont parus dans nombre de revues littéraires telles que : La Quinzaine Littéraire, Le Cerf-Volant, Phréatique, Le Vilain Petit Canard, Lichen, les Cahiers de Saint Germain des Prés, etc.

Elle met régulièrement ses deux passions au service de causes qui lui tiennent à cœur : les droits humains et la préservation de la planète. 

Elle fait sienne cette déclaration de Louis Calaferte : « Le devoir de l’art c’est de fracasser les consciences ».

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post