+50942978675

contactplimay@gmail.com

Jour 12 : « Transe » et autres poèmes d’Emilie Tapé


La Quinzaine de la Poésie Féminine est une série d’activités virtuelles visant à valoriser la création littéraire des femmes, notamment la poésie à travers le monde. Pour ce douzième jour de ce grand festival, nous vous donnons à lire « Transe » et autres poèmes de la jeune poétesse et nouvelliste ivoirienne Emilie Tapé.

Transe

Danse Afrique 

Ta joie 

Ton honneur 

Ta sueur 

Ton sang 

Danse mama 

Ton insoumission 

Ta révolte 

Ta colère 

Tes batailles 

Danse sista 

Ta hargne 

Ta force 

Ton audace 

Tes victoires 

Danse femme 

Ton pouvoir 

Tes choix 

Tes espoirs 

Ta liberté 

Danse 

La transe des prêtresses 

De la terre nourricière 

Danse ton Afrique Femme ! 

Black out

Le noir en profil inquiète

La mort terrifie

Le deuil fait froid dans le dos

La mort est une danse de non retour

Même quand on dit du crime qu’il est

Passionnel

J’aurais dû

Tu aurais pu

Si seulement !

Si seulement j’avais envoyé chier mon silence

Complice de tous ces bleus et côtes cassées

Si seulement tu avais tourné le dos à ton indifférence

Coupable de non assistance à personne meurtrie

Si seulement vous aviez fermé la gueule de vos unions de prières

Damnées et vouées aux flammes de l’enfer !

Ne t’offusque pas de ma mort

Si tu ne t’es jamais soucié de ma sécurité

Ton indignation ne sauvera pas mon âme blessée

Si mes cris de douleurs n’ont pas percé ton oreille

Onzième commandement

Tu ne crieras point la douleur 

De ton âme déchirée 

Quand un adulte viole ton sang 

Remets-toi en cause et ferme-la ! 

Quand ton cœur de mère s’affole face à ton impuissance 

Toi qui aimes tant cet être sorti de ta chair 

Garde-toi de montrer ton désarroi 

Reste digne et tais-toi ! 

On a volé à ta petite fille son innocence 

Ne cherche pas ce monstrueux criminel 

Tu aurais dû 

Voir la marque du loup sur le front de l’agneau 

Le silence est d’or, vas-tu enfin la boucler ? 

Ici on accule celles qui ouvrent la bouche 

On lapide les victimes sur la place publique 

On trucide les mères qui réclament justice 

Des petites filles violées, 

On prend tout ce qu’on ne leur a pas donné 

À PROPOS DE L’AUTEURE :

Emilie Tapé (Tingbo) est une poétesse, écrivaine et blogueuse-sexo ivoirienne. Elle est l’auteure de « Confessions sans curé », un recueil de nouvelles paru en 2018. 

L’écriture, est pour elle, un moyen de mener à bien la lutte féministe dans son pays.

Étiquettes :

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post