+50942978675

contactplimay@gmail.com

« Cris sanglants » de Wolf Gorbatchèv Oscar – Extraits


Je vis
Dans un amas d’illusion
J’imagine demain
Et je vois la mort
Dans le sourire de nos enfants
Je prends ma plume
Pour accoucher mes angoisses
Priant pour que l’encre survive
Aux soubresauts de l’accouchement

Il y a des voix qui grondent
Dans les rues de la capitale
Comme les vagues
D’une mer déchaînée
Que les barrages ne peuvent plus contenir
Elles se faufilent
Dans les sanglots du silence
Heurtant l’indifférence
Qui voile notre conscience

Je vois la mère vendre sa fille
Espérant tirer un bon prix
Pour abriter son estomac
Mais l’homme ne pense
Qu’au jardin qui cache son innocence
Il s’évapore
Après les premiers symptômes
Annonçant la présence d’un intrus
Dans son budget

(…)

Si le cri n’atteint pas les oreilles
La violence va au-delà des frontières
C’est l’unique langage
Qui atteint les tympans
Des indifférents au pouvoir

Le dollar
Dépouille la gourde de sa valeur
Se foutant 
Du tombeau de la vie chère
Qu’il creuse sur son passage
Il est sourd à la clameur
Grondant dans les ventres en détresse
Et aux soupirs
Des journées
Qui trépassent avant la nuit

Je n’ai pas encore compris
Pourquoi la couleur
Est un passeport
Dans les institutions
Ni pourquoi le nègre
Est la risée de ses préjugés

Gorbatchèv Oscar, Cris sanglants, Publié à compte d’auteur, 2018.

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post