+50942978675

contactplimay@gmail.com

Aux bras de l’automne – Adlyne Bonhomme


Il est dit à la mer

Que je fume la colère du macadam

Que j’installe mes blessures

dans les doigts du petro

Et le caribe trainera en cendre

Dans les dentelles des rues

Il est dit aux trottoirs

Je suis une phrase sortie d’une pluie

Moitié nue

Moitié endormie

Dans la cadence de tes rêves

Il est dit au matin

Je ne cèderai pas

A la tache du songe

Qui ne mesure pas les étincelles de l’orage 

Voici que mon visage s’effondre 

Dans le feuillage de l’absence

Et que le temps murmure

Devant la porte de nos doigts

Voici que les ossements de mon regard

Marchent dans l’horloge de l’oubli 

Et que même voilés

Ils regardent tes tendresses

Qui s’en allaient barricadées 

Aux bras de l’automne

Adlyne Bonhomme

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post