+50942978675

contactplimay@gmail.com

Arguens Jean Mary : 2ème lauréat du concours international Chansons Sans Frontières


Le jeune poète et slameur haïtien Arguens Jean Mary, l’auteur du recueil de poèmes À la poésie blessée par balles, paru aux Editions du Pont de l’Europe, vient de remporter cette année le 2ème prix du concours international Chansons Sans Frontières, pour son texte intitulé Pour prendre de l’air. À travers cette entrevue exclusive accordée à la rédaction de Plimay, le jeune artiste se fait le plaisir de nous parler davantage de ce concours.

Plimay : Qui est Arguens Jean Mary ?

Arguens Jean Mary : Arguens (dit Ar Guens) Jean Mary, poète, enseignant de philosophie et français littéraire, présentateur de l’émission AUTOUR DU LIVRE à la Radio Métronome, membre du Cénacle des Treize, et artiste-performeur (Slam/Spoken word et du Hip-Hop) a déjà publié deux livres, à savoir :  À la poésie blessée par balles aux Editions du Pont de L’Europe (France, 2019), et Le Nil noir de la vallée blanche chez les Editions À TOI (Haïti, 2017). Je participe actuellement à une forme de résidence intitulée Parole & Musique : Composer pour la scène avec Ted Huffman et Silvan Eldar via l’Opéra Orchestre National Montpellier Occitanie. J’ai aussi contribué à plusieurs revues locales et internationales comme Do-kre-I-S, Le Coquelicot, Éclectique, Pro/prose Magazine, Recours au poème, etc. En 2020, j’ai reçu une bourse d’écriture par l’Association Quatre Chemins pour mon projet de contes traditionnels autour du personnage Bouki.

P. : Vous êtes le 2ème lauréat du concours international Chansons Sans Frontières. Pouvez-vous nous parler un peu de ce concours ?

A.J.M. : Ce concours international d’écriture d’un texte de chanson en langue française, pour l’année 2021, s’est tenu sur le thème « Besoin d’air ». Il y avait 1164 pays dont 105 à relever le défi d’inscrire un texte. Ma chanson, Pour prendre de l’air, parle d’un mec qui se lève un beau jour et décide de suivre ses rêves les plus fous. J’ai composé cette dernière avec la démarche même de Senghor qui nous dit : “Le poème n’est accompli que s’il se fait chant, parole et musique en même temps”. Cela résume ma façon de concevoir la poésie comme fil rouge à tous les circuits de l’existence humaine ou de l’art en général.

P. : Que représente pour vous ce prestigieux prix en tant que jeune créateur ?

A.J.M. : Sincèrement, je ne le sais pas encore. L’avenir nous le dira. Tout ce que je sais c’est que je suis habité par une épaisse soif d’écoute. Je compose des oeuvres pour aller vers l’autre avec toutes mes imperfections. J’aime, par-delà les flux artificiels de nos jours, l’idée que l’écriture peut nous réunir autour d’une même page ou d’un poème pour parler de nos vies en marges.

P. : D’autres projets littéraires et/ou artistiques ?

A.J.M. : Oui, j’en ai un bon nombre. Pour commencer, j’envisage d’accoucher définitivement mon premier roman et travailler sur une pièce opératique qui mêlera les disciplines artistiques.

P. : Merci Arguens Jean Mary.

Propos recueilis par Raynaldo Pierre-Louis

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Related Post